Régionales : position des candidats sur les questions familiales.

Les responsables AFC d’Ile-de-France vous rendent compte ici des principales positions des candidats aux régionales sur les questions touchant la famille. Bartolone n’ayant pas été interressé, nous donnons les positions de V. Pécresse, W. de Saint-Just et N. Dupont-Aignant dans les trois parties ci-dessous.

1. Valérie Pécresse a accordé une entrevue à sept responsables des AFC – IdF, le 30 nov.

Ces responsables (dont deux présidents de Fédération) donnent ci-dessous leurs impressions suite à cette rencontre.

Caroline Carmantrand, adjointe au maire d’Asnières déléguée à la famille et candidate sur la liste Pécresse dans le 92, assistait à la réunion. Valérie Pécresse nous a consacré 1 h 30 et a accepté de répondre avec courtoisie à toutes les questions même embarrassantes pour elle.

Elle s’est engagée à nommer un conseiller proche de nos idées à la commission famille. Chantal Jouanno s’occupera de l’écologie mais pas de la famille.

V. Pécresse a montré de la compréhension et de la sympathie pour les problématiques familiales, et son discours est certainement plus constructif que celui de la majorité régionale actuelle. Elle est incontestablement convaincante sur les dossiers préjudice d’être né au Conseil d’État, affaire Gerson, lutte contre la drogue, sécurité dans les transports, logement…

Planning Familial et IVG

Elle a dit ne pas vouloir suspendre toutes les aides au Planning Familial, mais vouloir financer aussi les maisons d’accueil qui aident les femmes en difficulté. Ce point n’est pas dans son programme, mais il est soutenu également par Pierre-Yves Bournazel (tête de liste à Paris) et par d’autres colistiers.

A l’occasion de la discussion sur le Planning Familial, nous avons noté qu’elle ignore toute une face de cet organisme : tant l’organisation régulière de solutions limites que la campagne annuelle d’affichage financée par la Région afin de promouvoir le Planning familial et  » l’IVG : un-droit-mon-choix ».

Nous avons compris que les subventions, seront annulées (ou fortement diminuées) pour les associations ayant des objectifs politiques, idéologiques ou ne respectant pas la loi.

Interrogée sur son vote de la loi pour l’égalité homme femme, elle nous a expliqué qu’elle n’avait pas voté les articles litigieux (suppression de la notion de détresse, du délai de réflexion sur l’avortement, du congé parental…) mais qu’elle avait décidé de voter la loi dans sa totalité parce qu’il y avait des dispositions très favorables pour les femmes et qu’elle ne voulait pas tomber dans le piège des socialistes de faire refuser l’égalité homme femme par la droite.

« J’ai voté la loi, mais je n’ai pas voté cet article. La suppression de la clause de détresse était une provocation pour que nous ne votions pas la loi sur l’égalité hommes/femmes, pour pouvoir dire que la droite est contre l’égalité homme-femme… Ce type de démarche politique est un scandale, mais c’est moins important pour moi que l’égalité homme-femme. Il y a des choses très bien dans cette loi, sur les salaires des femmes. »

En ce qui concerne son vote de novembre 2014 sur la proposition de résolution visant à réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe, elle nous a répondu «  On ne peut pas forcer une femme à porter un enfant qu’elle n’a pas voulu. Par contre je suis très favorable et je soutiendrai les maisons de naissance. »

Elle nous a rappelé qu’elle s’était battue pour empêcher que le préjudice d’être né soit reconnu (l’anti arrêt Perruche) Nice contre Quarrez (1997, quand elle était au conseil d’état).

La sécurité

« Pour améliorer la sécurité, appliquons strictement la loi. Par exemple, le port de la burqa est la porte d’entrée de ceux qui enfreignent la loi. »

« Dans les lycées, les tests salivaires de dépistage des addictions sont dans le champs des responsabilités des chefs d’établissement. Nous les inciterons à se rapprocher des forces de police pour établir des bulles de sécurité autour des lycées. ».

Nous lui avons raconté un cas de lutte contre les trafiquants de drogue dans un immeuble qui a impliqué également le bailleur HLM et les policiers pour des contrôles d’identité réguliers.

« Je demanderai un référent addiction et un référent harcèlement dans chaque lycée. Et je n’accepterai aucune dérive communautariste dans les lycées ».

Défense des femmes

Nous lui avons également parlé des tournantes dans les lycées de banlieue, des insultes sexistes, du port du voile. Nous avons insisté sur la gravité de la violence que représente pour les jeunes et les femmes la pornographie accessible partout. Et de ses conséquences sur les agressions sexuelles et insultes sexistes que subissent trop de femmes.

Elle a été à l’écoute de nos souhaits que les transports franciliens par exemple respectent les femmes et la pudeur des jeunes (la gestion des affichages dans les rues est de la responsabilité des mairies). Elle pourrait nous soutenir dans la lutte contre la pornographie.

« Vous m’aurez toujours à vos côtés pour parler de la dignité de la femme et pour défendre le respect de l’innocence de l’enfant »

Associations LGBT dans les lycées.

« Je financerai des actions, mais pas des associations. Ce sera en ligne, ce sera transparent, c’en est fini des subventions opaques. Les électeurs ont le droit de savoir». 

Question : vous avez déclaré de pas soutenir les associations LGBT ni aucune association qui fasse de la politique ou de l’idéologie, mais comment s’assurer par exemple que la noble cause de la lutte contre l’homophobie que vous soutenez ne sera pas un paravent pour la diffusion d’idéologies ?

« Nous jugerons sur pièce, nous leur demanderons de nous montrer leurs projets » « Je supprimerai les subventions à toutes les associations qui ne respectent pas la loi, en particulier en ce qui concerne l’égalité hommes-femmes »

Le handicap

Un point fort de son programme. En particulier elle propose que le travail des handicapés adultes soit déclaré grande cause de la région pour 2016. « Je suis la seule à avoir un candidat à mobilité réduite sur ma liste, elle sera en charge des questions de l’accessibilité et de la coordination de certaines actions. »

La question du vieillissement et du handicap se rejoignent. « Le handicap et la fin de vie ne sont pas de la compétence de la région, mais la région a la formation et l’emploi comme levier pour aider les handicapés. Le retour au travail après un accident doit être accompagné ..La question de l’autonomie des jeunes handicapés par le travail est essentielle également pour qu’ils ne dépendent pas de leurs parents. »

L’euthanasie

Nous lui avons dit notre inquiétude quant aux démarches de Chantal Jouanno en faveur de l’euthanasie active pour les maladies incurables et invalidantes. Elle nous a fait part de sa vision « Je suis pour les soins palliatifs, pour l’accompagnement de la fin de vie et pour le testament de fin de vie ». Elle est sensible à un risque de dérives : « La question de l’abus de faiblesse est totalement sous-estimée ». (A nous de le mettre en avant dans les futurs débats.)

Le responsable de la famille dans le futur conseil régional

Nous avons rappelé que les positions sociétales de Ch. Jouanno sont aux antipodes de nos convictions sur la place de la famille dans la société. La question ayant été déjà posée l’avant-veille (rencontre LMPT).

« Ch. Jouanno est là pour mon programme écologie pour son expertise reconnue. Elle n’est pas sur mon programme santé, ni famille. »

Les postes ne sont pas distribués avant les élections, mais ce que je peux vous dire est que le 1er vice-président sera de la même famille politique que la tête de liste.

« L’élu qui sera responsable de la famille, ne sera pas un des vice-présidents, mais responsable d’une commission affaires sociales et famille. Car il faut qu’il puisse agir de manière transversale sur le logement, les transports, etc.. Les questions familiales concernent tous les autres domaines ». « Mes co-listiers appliqueront ma politique » (ce qui est valable pour tous…)

Elle a confirmé que famille sera au singulier. « J’ai toujours soutenu l’universalité de la politque familiale contrairement à d’autres candidats qui vous font des promesses, mais n’étaient pas dans l’hémicycle le jour où c’était important ».

2. Wallerand de Saint-Just.

Il a évoqué la famille comme « l’élément central et fondamental de la société ». Pour lui, il est donc nécessaire de « tout mettre en œuvre pour faciliter la vie des familles et de leurs enfants. » Il est en particulier favorable à l’idée d’un « Pass qui donne un avantage financier aux familles nombreuses pour rétablir la finalité de la politique familiale »,

Il est favorable au rétablissement de « l’égalité entre l’école publique et privée : dotation, cantine, investissements. » Il souhaite aussi « rétablir les possibilités d’investissement dans l’enseignement privé. »

Concernant les subventions régionales, le candidat du FN a indiqué qu’ « il n’est pas question de subventionner des associations qui veulent promouvoir la théorie du genre. » En revanche, il a indiqué qu’il comptait maintenir les subventions au Planning Familial : «je n’ai pas décidé de supprimer les subventions de ces associations». «Il est du devoir des responsables politiques de s’attacher à ce qui constitue les véritables préoccupations de ses compatriotes».

3. Nicolas Dupont-Aignan

Il a souligné que ses priorités seront les transports, la sécurité et le famille. Concernant la PMA pour les couples de femmes ou la GPA, il juge « criminel de priver un enfant de son père ou de sa mère ». De manière plus générale, il a souligné que « la famille est un enjeu de civilisation » et donc « la société doit protéger la famille et la sécuriser. Or la politique familiale est démantelée depuis plusieurs mandats ».

Il propose que « chaque jeune ait un crédit de formation professionnelle en vue d’une seconde chance » si nécessaire et de « favoriser l’accession sociale à la propriété, facteur clé de stabilité familiale. »

Concernant les subventions régionales, il souhaite « faire un grand ménage. » Il s’est engagé à ne verser « aucune subvention aux associations communautaristes ou LGBT. » De même il compte supprimer ou réduire drastiquement celles au Planning Familial.

Note. Les phrases en italiques dans les parties 2 et 3 renvoient aux déclarations faites lors de la rencontre LMPT du 29 novembre à Paris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s