Santé sexuelle et éducation à la sexualité, toujours le même discours !

Au détour du récent document sur « la Stratégie nationale de Santé 2018-2022 »,  la Ministre de la Santé ne peut s’empêcher d’évoquer ce thème, et toujours dans la même optique !

i) Elle veut ainsi « engager une démarche globale d’amélioration de la santé sexuelle et reproductive, qui vise à garantir à chacun une vie sexuelle autonome, satisfaisante et sans danger, ainsi que le respect de ses droits en la matière ». L’expression « la santé sexuelle et reproductive » (en vogue dans les textes internationaux, type OMS) et le terme « de vie sexuelle autonome », recouvrent la volonté de promouvoir l’avortement, dont le « droit » est d’ailleurs mentionné en bas de la page 17 ; et par ailleurs celle de poursuivre la banalisation des relations sexuelles entre adolescents. On ne voit pas le rapport avec la santé.

 Autre lieu commun, la démarche doit « faire évoluer les représentations sociales liées à l’identité de genre, à l’orientation sexuelle, à l’âge ou au handicap, présentes au sein de la société et transposées dans l’offre de santé ». L’identité de genre est une formule qui ne peux être comprise qu’à la lumière de la théorie du genre selon laquelle l’identité sexuelle de l’être humain dépend de son environnement socio-culturel et non du sexe biologique. Sur cette base, certains estiment que chacun peut choisir librement son « genre » et qu’il faut donc déconstruire toutes les représentations sociales de la différence des sexes. Ce choix d’ordre idéologique est un mépris envers tous les parents. Par la suppression des repères qu’il implique, il peut avoir un impact négatif notamment sur les plus jeunes et leur développement psychologique.

ii) Visant l’Education nationale, il est dit que « l’éducation à la sexualité ne doit pas se limiter à la transmission de connaissances biologiques, mais doit s’attacher à accompagner les enfants, adolescents et jeunes adultes dans leur réflexion sur le respect mutuel, l’égalité filles-garçons, la réciprocité et le consentement des relations à l’autre ». Or la sexualité n’est pas d’abord un produit de consommation dont il suffirait de vérifier la qualité sanitaire et le « consentement de l’autre ». Elle engage les personnes dans une relation dont elle interroge la durée.

A rebours de l’éternel discours hygiéniste, il aurait mieux valu parler de responsabilisation des jeunes dans ce domaine. Pour les aider dans cette voie, il aurait fallu évoquer la lutte contre la pornographie ( d’ailleurs oubliée dans la liste des addictions citées par le document). En fait, l’Education nationale n’a pas de légitimité à intervenir dans le domaine de la santé, notamment dans le domaine de l’éducation affective et sexuelle. Il faudrait supprimer la notion ambigüe de « parcours éducatif de santé ». La santé des enfants concerne en premier lieu les parents (qui ne sont jamais mentionnés dans ce document), ils doivent prendre en main ce sujet d’une manière ou d’une autre. Le rôle des pouvoirs publics devraient être de valoriser leurs actions (par exemple, en les incitant à éloigner les jeunes de moins de 13 ans des réseaux sociaux permettant la pornographie, le harcèlement ou les rencontres dangereuses). Or le document – tout à fait dans la ligne politique de Marisol Tourraine – n’y fait aucune allusion.

iii) Dans un paragraphe concernant le dépistage néonatal, le document demande de « garantir l’accès au diagnostic prénatal » (page 77). Cela est assénné sans aucune justification. Or il s’avère que le dépistage prénatal est complètement différent du dépistage néonatal : il est le plus souvent utilisé pour éliminer l’enfant à naître (voir par exemple le dépistage de la trisomie 21). Dans ces conditions, l’extension du dépistage prénatal peut engager la société, sciemment ou pas, vers l’eugénisme. A ce titre, cette orientation relève de la problématique de la bioéthique et devrait être débattue lors des « Etats généraux de la bioéthique » annoncés pour bientôt et non pas dans ce texte.

Comme il nous est demandé de réagir, nous affirmons notre opposition à la partie 1 (Mettre en place une politique de promotion de la santé…) et à la partie 5 ( priorités spécifiques à la politique de santé de l’enfant…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s