Après l’arrêt de la Cour Suprême US sur l’IVG, les réactions de nos nouveaux clercs !

Tribune de F. Rouvillois
En revenant sur l’arrêt Roe v. Wade de 1973, la Cour suprême n’a fait qu’affirmer la neutralité de la constitution américaine sur la question de l’avortement. Ce faisant, elle a renoncé à faire jouer aux juges un rôle politique.

La décision de 1973 est typique du gouvernement des juges.
La Cour suprême, lorsqu’elle rend en 1973 la fameuse décision Roe v. Wade où elle affirme le droit constitutionnel à l’avortement, […] se fonde sur une théorie jurisprudentielle progressiste, dite du «droit vivant», selon laquelle il appartient aux juges de mettre à jour en permanence le texte constitutionnel en fonction de ce qu’ils ressentent comme étant les évolutions contemporaines et souhaitables de la société où ils vivent.
C’est très exactement ce qui se passe en 1973 : la Cour suprême «extrait», si on peut dire, le droit à l’avortement du XIVe amendement à la constitution fédérale, un texte adopté en 1868 et qui, bien entendu, n’évoque en rien un tel droit, ni de près, ni même de très loin.
En 1973, la Cour invente, en toute connaissance de cause, un droit à l’avortement qui ne figurait pas expressément dans la constitution.
On peut parfaitement considérer, notons-le au passage, qu’un tel droit devrait avoir sa place dans la norme suprême d’un pays moderne, mais le fait est qu’il ne se trouve pas dans celle des États-Unis ; et qu’en créant un tel droit, la Cour suprême usurpe en quelque sorte l’autorité constituante, c’est-à-dire le pouvoir d’établir de nouvelles règles constitutionnelles qui, en démocratie, n’appartient qu’au peuple ; et que du coup, elle abolit sur ce point les pouvoirs des peuples et des représentants élus des États fédérés, puisque ces derniers se trouvent ainsi privés du droit d’établir en la matière la législation de leur choix. Double attentat à la démocratie que l’on peut certes estimer salutaire, mais qui n’en est pas moins une manifestation spectaculaire du gouvernement des juges.
Est-ce également le cas de la décision rendue par la Cour suprême le 24 juin 2022 ? En somme, peut-on lui reprocher d’interpréter de façon tendancieuse la constitution fédérale, de s’en servir comme d’une page blanche pour établir des normes nouvelles, et d’empiéter ce faisant sur le pouvoir du peuple en lui imposant sa volonté et ses propres options idéologiques, comme ce fut objectivement le cas en 1973 ?


La décision Dobbs du 24 juin 2022
En fait, cela eût été le cas si, dans sa décision du 24 juin, la Cour suprême avait non pas renversé mais inversé la jurisprudence Roe v. Wade, et entendu déduire du texte de la constitution l’interdiction de l’avortement – laquelle n’y figure pas plus que son contraire, le droit à l’avortement inventé de toutes pièces dans la décision de 1973. Une telle interdiction se serait alors imposée à l’ensemble des États, et du coup, aurait porté une atteinte directe à leur liberté de décision, comme ce fut le cas en sens inverse après 1973. Mais justement, tel n’est pas le sens de la décision Dobbs.
On a évoqué plus haut la théorie du «droit vivant», qui sous-tendait l’activisme jurisprudentiel à l’œuvre dans la décision Roe ; de leur côté, les conservateurs désormais majoritaires à la Cour suprême défendent la doctrine inverse, dite «originaliste», selon laquelle le juge, lorsqu’il interprète la constitution, doit s’en tenir strictement à l’intention originelle des auteurs de celle-ci, c’est-à-dire à la signification qu’ils ont entendu donner au texte qu’il lui revient maintenant d’appliquer. En vertu de cette approche, le juge se dépouille volontairement du pouvoir créatif et proprement politique que lui attribue la théorie du «droit vivant» : il entend se situer, autant que possible, dans une stricte neutralité idéologique. Or, telle est bien la position de la Cour suprême lorsqu’elle constate, dans sa décision du 24 juin, qu’un «droit à l’avortement» ne figure pas dans le texte constitutionnel ; que par conséquent la décision de 1973 était manifestement erronée ; qu’il est donc légitime de revenir sur celle-ci ; et qu’enfin, il est conforme au droit de rendre aux États le pouvoir démocratique qui leur avait été enlevé en la matière.
Ceux qui se scandalisent de la décision du 24 juin ont ainsi le choix entre trois reproches, susceptibles d’être combinés les uns avec les autres: l’accusation de populisme, qui implique qu’une question de cette importance ne saurait être abandonnée à la décision du peuple, et surtout, du peuple des États supposés incultes et arriérés du sud et du centre des États-Unis ; l’accusation de conservatisme, la décision Dobbs étant censée opérer un «retour en arrière» de cinquante, de cent, voire de cent cinquante ans, intolérable rechute dans les ténèbres du passé ; et enfin l’accusation de complot, le président Biden faisant comme monsieur Jourdain du conspirationnisme sans le savoir, évoquant dans son allocution solennelle du 24 juin un attentat contre la jurisprudence Roe ourdi de longue date par des extrémistes manipulés.
Des reproches qu’explique peut-être l’émotion suscitée par la décision Dobbs mais qui, à leur tour, suscitent de nouveaux problèmes, notamment au regard du principe démocratique, du rôle attribué aux juges ou de la notion d’État de droit.
«La décision d’aujourd’hui», observe le juge Brett Kavanaugh dans l’explication qu’il donne de sa propre position, «replace la Cour dans une position de neutralité juridique sur la question de l’avortement, et restitue au peuple le pouvoir de trancher cette question à travers les procédures démocratiques établies par la constitution» ; «D’après mon jugement, sur cette question de l’avortement, la constitution n’est ni « pro-life », ni « pro-choice ». La constitution est neutre, et de la même manière, cette Cour doit être scrupuleusement neutre. La Cour aujourd’hui se doit de respecter strictement le principe constitutionnel de la neutralité judiciaire, et renvoyer la question de l’avortement au peuple et à ceux qu’il a élus comme ses représentants par un processus démocratique.»
En démocratie, c’est en effet au peuple de se gouverner lui-même, et de déterminer à quelles normes il entend se soumettre : il n’y a pas de raison juridique pour que la question de l’avortement fasse exception à la règle.
C’est tout ce que la Cour suprême a entendu dire dans sa décision du 24 juin. Rien de plus, rien de moins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s